Monday, January 06, 2020

Monday, January 06, 2020 10:48 am by M. in , , , , ,    No comments
The Waterloo-Cedar Falls Courier describes David Austin's Emily Brontë rose:
“Emily Bronte” is a gorgeous two-toned rose. Blush pink petals have a shimmer of pale apricot that grows darker toward the center of the flower with its button eye. Its fragrance is heady and unusual.
“In scent, ‘Emily Bronte’ delivers an unexpected plot twist,” says [Michael] Marriott. “The flowers open with a fine tea fragrance. In mid-bloom, the tea wanes and old rose comes on strong, followed by teasing hints of lemon and grapefruit. In the garden, the effect is magical.” It’s also an unexpected transition, Marriott says, because usually tea transitions to fruity. (Melody Parker)
Classique News (in French) reviews Emile Goué's Ballade sur un poème d'Emily Brontë:
La Ballade sur un poème d’Emily Brontë évoque tout autant l’originalité formelle des œuvres de Goué : soprano solo, quatuor vocal (dont le ténor intervenant dès le début), quatuor à cordes (ici le quatuor Krettly) et piano (Henriette Roget). S’y installe peu à peu un climat fait d’âpreté, aux résonance tendues et tragiques qui élargit donc sa forme entre la cantate et le petit opéra. C’est une partition à la tension enivrée, sertie des éclats et scintillement d’une série d’illuminations, où chaque intervention vocale, chorale, instrumentale sert essentiellement les couleurs et les images du texte ; en une déclamation ouverte qui projette et affirme les accents du texte. Sa fin non élucidée, encore en tension, confirme l’absence chez Goué de tout artifice complaisant : la musique sert et renforce le sens. Il y est question de ce qu’évoquent le passé, le présent, l’avenir ; de questionnement qui taraude et excite l’esprit clairvoyant ; d’éclairs fugitifs et fantastiques, de « Vêpres du vent qui dévastent la nuit ». Cela fait écho à l’épreuve carcérale vécue par le compositeur dont on ne se lasse pas de mesurer la formidable créativité poétique. (Alban Deags) (Translation)
German bookworms in Stimme:
Große Nachfrage herrscht momentan nach Klassikern in teilweise neuen Übersetzungen, berichtet Bibliothekarin Kirsten Lang. Jane Austen, die Geschwister Brontë und Thomas Hardy beispielsweise. (Helmut Buchholz) (Translation)
This tribute to the decade of 2010s in Athens Voice (in Greek) begins with a quote from a poem by Emily Brontë. AnneBronte.org highlights some of the upcoming Anne Brontë 200th anniversary events. Finally, a tweet by Kate Miller-Heidke which is quite self-explanatory:

0 comments:

Post a Comment