Thursday, May 23, 2013

Thursday, May 23, 2013 12:30 am by M. in ,    No comments
A new French book which traces common elements between seven women writers Emily Brontë, Marina Tsvetaeva, Virginia Woolf, Colette, Sylvia Plath, Ingeborg Bachmann and Djuna Barnes:
7 femmesLydie Salvayre
Éditions Perrin, April 2013
ISBN : 978-2-262-03469-6
Pages : 240

Sept portraits intimistes et enlevés des plus grandes figures littéraires et féminines du début du XXe siècle.

Sept femmes. Sept allumées pour qui l'écriture n'est pas un supplément d'existence mais l 'existence même. Sept oeuvres dont la force e t la beauté ont marqué Lydie Salvayre et décidé pour beaucoup de sa vie. Sept parcours, douloureux pour la plupart, dont elle suit les élans, les angoisses, les trébuchements et les fragiles victoires.

Lydie Salvayre est l'auteur de douze romans, parmi lesquels La Déclaration (Prix Hermès du premier roman), La Compagnie des spectres (Prix Novembre, aujourd'hui Prix Décembre) et BW (Prix François-Billetdoux). Ses livres sont traduits dans une vingtaine de langues. Certains ont été adaptés au théâtre.
You can read articles about the book or reviews on France 3France Inter,  Page des Librairies:
Emily Brontë a préféré vivre isolée plutôt que se mêler à ses semblables. (Marie-Laure Turoche) (Translation)
Chacune de ces femmes lui parle de sa propre vie, réveille des souvenirs, lui offre ou lui a offert un regard neuf. Emily Brontë secoue la mémoire de l’internat et de l’adolescente qu’elle fut, fascinée par l’intransigeance sauvage et absolue du héros des Hauts de Hurlevent, dont elle était, bien sûr, amoureuse. La même adolescente se mue en femme impertinente, sensuelle et légère, détachée des contingences amoureuses dans La Naissance du jour de Colette, «vision on ne peut plus éloignée de celle d’Emily Brontë dans Les Hauts de Hurlevent, lu la même année, reconnaît Lydie Salvayre, et dont le contraste vient m’enseigner qu’une même chose peut être regardée avec le même aplomb de dix façons différentes, ce qui, et je pèse mes mots, bouleverse ma vie.» (Eléonor Sulser in Le Temps) (Translation)
Quant à cette Emily Brontë qui vit paumée dans un village du Yorkshire, elle va affirmer, bien avant Freud, qu'il y a une part obscure dans l'homme, une fureur, une violence fondamentale qui peut conduire aux pires désastres mais qui a ce pouvoir d'amener les hommes à une présence au ... (Julie Clarini in Le Monde) (Translation)

0 comments:

Post a Comment